Quelques tentes sur un campus

Aujourd’hui, je devais enseigner l’histoire médiévale à l’Université, parler de gouvernement de l’Eglise en licence et en master. Je n’ai pas pu le faire parce que le campus où j’enseigne est fermé. Fermé à cause de la présence de quelques tentes et d’une trentaine de migrants, demandeurs d’asile, installés depuis des mois dans un campement de fortune à proximité, menacé d’évacuation contrainte et en conséquence installé sur le campus (lire ici : migrants sur le campus ). Le collectif 51 de soutien aux exilé.e.s est sur place. Les familles ont accès à la Croix-Rouge ; l’Armée du Salut leur fournit le repas du midi. Les tentes sont sur un espace ouvert du campus, n’empiètent pas sur les espaces de circulation. Il est difficile d’y voir un quelconque danger pour enseignant.e.s, étudiant.e.s et personnels travaillant sur le campus.

J’aimerais faire cours. Mais j’aimerais encore plus que ces personnes aient un toit et le minimum nécessaire. Et sans l’ambiance délétère en ce moment, sans le vent de panique qui souffle trop facilement dès qu’une situation qu’on pouvait ne pas voir devient visible, je pourrais faire cours, avec ces tentes à côté des salles où j’enseigne. Ce ne serait pas confortable, ce serait douloureux pour mon confort moral, et tant mieux.

Ce n’est pas la faute de ces migrant.e.s si je n’enseigne pas aujourd’hui. C’est la faute de l’État qui ne les accueille pas dignement. Deux nourrissons sont morts l’hiver dernier dans ce qui était leur campement de fortune à l’époque. Les températures baissent de nouveau, l’automne est précoce, l’humidité nous fait frissonner dans nos manteaux. Quelques tentes sur un campus : il y aurait tellement mieux à faire que d’interrompre les cours.

 


Une réflexion au sujet de « Quelques tentes sur un campus »

  1. Bravo Véronique, je partage chacune des lignes que tu as écrit. Un seul détail, tu relayes une rumeur que deux enfants sont morts, or aucun enfant n’est mort, mais deux femmes enceintes ont fait une fausse couche, ce qui est tout aussi dramatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.