A propos de la « critique du document »

Ce petit billet est à destination directe des étudiant.e.s en histoire.

Lorsqu’on débute en commentaire de document, on apprend qu’on doit le « critiquer » et qu’une partie des éléments exigés dans l’introduction du commentaire sert à cette critique. Qu’est-ce que cela veut dire ? Souvent les étudiant.e.s pensent cette question en termes d’objectivité / subjectivité, ou simplement en termes de vérité / mensonge. Cela pose plusieurs problèmes.

  • Le critère d’ « objectivité » est évidemment essentiel dans l’approche des documents narratifs ; mais en ce cas la question est vite réglée, le document narratif objectif, cela n’existe pas au Moyen Âge (on peut gloser sur le fait que cela existe à d’autres périodes). Et un document subjectif n’en est pas moins une source à exploiter. Mais bien entendu, oui, quand on étudie la Guerre de cent ans, savoir dans quel camp se trouve le chroniqueur dont on doit commenter l’œuvre est utile ; et mesurer le degré d’honnêteté dans la narration peut être fait. Il demande à être manié avec prudence cependant – Froissart est subjectif mais ne dit pas n’importe quoi – et surtout n’est pas le tout de la notion de critique. Enfin, il ne peut être manié qu’en ayant conscience des modes d’écriture des médiévaux et non avec le regard contemporain de ceux qui attendraient une écriture journalistique neutre (là encore je ne gloserai pas ici sur l’idée d’un journalisme « neutre » qui serait « meilleur » qu’un journalisme engagé…). Je découvre à l’instant, sur ce point, ce petit billet, qui invite entre autres à comprendre le rapport à l’invention dans la narration des chroniqueurs : https://cescm.hypotheses.org/tag/froissart. Le terme de « mensonge », comprenant une dimension morale indéniable, est (très) rarement adéquat en commentaire de documents narratifs.
  • Sur un document comptable ou administratif, la notion est déjà moins facilement mobilisable – elle l’est en fait, il y a des manières de tenir une comptabilité, des choix de rédaction d’un terrier, mais les interroger en termes subjectif / objectif demande une maîtrise du vocabulaire et des constructions documentaires médiévales qui ne sont pas du ressort d’un étudiant de licence. Ce qui n’empêche pas de critiquer le document.
  • Sur une image, les étudiant.e.s choisissent rarement cet angle d’approche ; l’idée qu’on doive « critiquer » une image leur pose par ailleurs manifestement plus de difficultés.

Quelques éléments de réflexion synthétique :

Critiquer, dans le cadre d’un commentaire de document historique, ce n’est pas dire du mal ! Vous n’êtes pas là pour distribuer des bons et des mauvais points aux médiévaux (c’est donc l’antithèse de l’illustration placée en début de ce billet !). C’est connaître les spécificités du document, son origine, ce qui va influer sur son contenu – d’où le triptyque « nature, auteur, contexte » dans l’introduction. C’est donc comprendre ce qu’il apporte à l’historien et ce qu’il ne peut pas lui apporter. On peut dire que c’est cerner les limites du document comme source historique.

Cela suppose aussi éventuellement de corriger les affirmations erronées (qui ne sont pas nécessairement « mensongères », cf plus haut) qu’il contient ; ou de restituer un discours objectif là où l’auteur en construit un dans toute sa subjectivité. Exemple classique, le double portrait d’Edouard III et Philippe VI par Jean le Bel demande à la fois une explication des faits auxquels l’auteur fait référence (exercice classique de commentaire-explication) mais aussi une critique liée au corps social et au camp politique auquel appartient Jean le Bel, qui idéalise son champion et noircit son adversaire (mais le dire ainsi est insuffisant : il faut le démontrer, en corrigeant ce qui peut l’être du propos, ou en le plaçant dans un discours politique dont Jean le Bel n’est qu’un représentant). La « subjectivité » de l’auteur n’est pas seulement – si même elle l’est – un défaut de l’auteur, c’est aussi, en soi, un élément utile de compréhension de la société qui a produit le document.

La notion de critique appliquée à un document écrit non narratif (comptabilité, texte juridique, inventaire…) suppose essentiellement une compréhension de l’origine du document : institution qui l’a préparé, avec quels moyens, quelles informations, quels objectifs…. Ceci permet de pointer par exemple les lacunes d’un document. Autre exemple classique, celui des polyptyques carolingiens, qui posent des difficultés d’approche notamment démographique (on peut en tirer des éléments démographiques ; mais il importe de souligner leurs limites sur ce point, soit dans le développement soit en conclusion, selon le document et l’approche choisie : sous-enregistrement des enfants, de l’âge ; absence d’informations sur les enfants morts etc.).

Dernière remarque générale : la critique du document ne relève pas de l’introduction du commentaire, contrairement aux éléments qui vont éventuellement la permettre. Elle ne se limite pas non plus à la conclusion, même si certains éléments de critique peuvent / doivent y être renvoyés. Généralement, un commentaire suppose des formes de critique du document au fil du développement.

Conclusion : lorsqu’on dit que l’histoire forme à l’esprit critique, c’est aussi à cause de cet apprentissage méthodologique, et c’est un des apports de la discipline historique à la formation intellectuelle et personnelle. Mais avoir l’esprit critique n’est pas seulement savoir démêler le vrai du faux, l’objectif du subjectif. C’est d’abord un apprentissage de la nuance et de la complexité.

Je mets en ligne ce billet tel quel, mais je mettrai sans doute dans quelque temps un exemple de document critiqué par ma pomme, pour le concrétiser, ce qui précède paraissant peut-être / sans doute abstrait à certain.e.s.


Une réflexion au sujet de « A propos de la « critique du document » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *