Enseignement confiné

Nous voilà en fin d’un semestre exceptionnel. Ma première année d’enseignement à l’université de Grenoble aura été marquée par un premier semestre raccourci de deux semaines par les grèves SNCF et universitaires, certes, mais surtout par un second semestre effectué pour moitié à distance. Si les deux semaines du 1er semestre ont été considérées comme perdues, l’essentiel de l’enseignement ayant assuré, ce n’est évidemment pas le cas des 6 semaines de cours qu’il me restait quand les cours ont été suspendus, avant même que la France n’entre en confinement. Je me suis donc retrouvée, comme tous mes collègues, devant la nécessité de poursuivre un enseignement à distance, sans que ce soit la forme prévue initialement, sans y avoir été formée, sans que les étudiant-e-s l’aient choisi, sans que toutes et tous aient le matériel adéquat, sans que les conditions s’y prêtent réellement bien, ni pour eux ni pour moi (j’ai fait cours entre deux chapitres de 6e et l’apprentissage de l’imparfait en CE2). J’ai donc, clairement, improvisé. A tout le moins n’étais-je pas totalement démunie face à Moodle que j’utilise très basiquement en temps normal, et ne suis-je pas hermétique aux outils numériques. Je n’étais donc sans doute pas la plus mal armée, à défaut d’être réellement compétente. Ce billet est un bref descriptif de ce que j’ai fait avec quelques réflexions à court terme. 

Je n’avais qu’une UE, dont j’assurais CM et TD, pour 28 étudiant-e-s, de L2. Ce qui suit n’a donc rien à voir avec ce qu’ont dû inventer les collègues en charge d’un cours avec 200 L1 et 6 groupes de TD. Les étudiant-e-s de L2 sont en revanche encore jeunes à tous points de vue : ce n’est pas le même public qu’en master. 

J’ai procédé comme suit :

  • le PDF du cours était déposé sur Moodle. Je n’ai pas vraiment retravaillé le cours en fonction des circonstances : j’ai relu le document, supprimé certaines abréviations, rajouté quelques intertitres, précisé quelques idées que je comptais développer à l’oral, mais je n’ai pas fait un « nouveau » cours. Je n’en avais pas le temps et ne m’en sentais pas les compétences. 
  • J’ai déposé chapitre par chapitre, de manière à réduire l’effet « masse » qui était stressant pour les étudiant-e-s. Pour le plus gros chapitre, j’ai bien précisé qu’il courait sur deux semaines. 
  • J’ai créé pour chaque chapitre un forum sur Moodle pour que les étudiant-e-s y posent leurs questions sur le cours. L’idée était d’avoir un outil qui ne suppose pas que les étudiant-e-s et moi-même soyons en direct les uns avec les autres, mais permettrait à toutes et tous de lire questions et réponses au moment de son choix. J’étais assez fière de mon idée lorsque je l’ai mise en place dès le début du confinement… et au final, c’est un échec total. Je n’ai eu aucune question par ce moyen-ci. 
  • En revanche, j’ai organisé des séances de tchat avec les étudiant-e-s qui le souhaitaient / pouvaient au créneau habituel du cours. J’ai tenté le tchat de Moodle, qui m’a plantée au bout de 20 minutes la première fois, n’a jamais voulu fonctionner ensuite, avec une dizaine d’étudiant-e-s en ligne. Je suis passée sur Discord malgré mes réticences, qui a toujours bien fonctionné. J’ai tenté également BigBlueButton, qui a mieux fonctionné que le tchat Moodle mais a planté également les deux fois où j’ai essayé. Sachant que j’ai eu au maximum 12 étudiant-e-s connecté-e-s, et généralement moins de 10… Certain-e-s collègues m’ont dit n’avoir aucun problème avec le tchat de Moodle, tant mieux ; mon expérience me fait cependant dire que nous n’avons décidément pas les outils efficients. 
  • Je n’ai pas fait de visio : entre ma connexion et celle des étudiant-e-s, j’ai estimé que ce serait contre-productif. Les étudiants ne s’en sont pas plaints – mais peut-être en aurais-je eu un peu plus qu’en tchat ? Je ne sais pas. 
  • Le tchat a aussi l’avantage d’être archivable et lisible par les autres après la séance, ce que je trouve plus efficace que d’écouter une séance après coup. Mais j’ai le sentiment qu’en fait les étudiant-e-s absent-e-s au tchat n’ont pas été lire ce qui s’était dit.
  • Ce tchat était consacré à une discussion sur le cours. Les étudiant-e-s m’ont posé leurs questions ; quand ils n’en avaient pas, j’en posais moi-même pour vérifier leur compréhension et cela m’amenait à préciser ou redire certaines choses. 
  • Enfin, j’utilisais également le tchat pour faire une forme de TD, en travaillant sur document avec les étudiant-e-s, en leur posant des questions et en les faisant réfléchir, en interaction, le plus possible de la même manière que ce que je fais en présentiel. Là, cette discussion était archivée.
  • J’ai écrit régulièrement à toutes et tous les étudiants pour leur indiquer où nous en étions et leur donner des pistes de travail. J’ai également fait un point sur les ouvrages disponibles en ligne et, pour les devoirs à me rendre, donné plus d’indications que je ne le fais en temps ordinaire, notamment à cause de cette question des ressources en ligne. 
  • J’ai par ailleurs rappelé plusieurs fois que j’étais joignable par mail, pour des questions relatives au cours ou aux travaux à rendre. 
  • Enfin, j’ai préparé des tests, sous forme de QCM, sur chaque chapitre, pour permettre aux étudiant-e-s de vérifier l’acquisition de leurs connaissances. Les questions sont « orientées » pour aussi aider à comprendre ce qui dans le cours est essentiel. 

Qu’en tirer ? Les discussions en ligne sur le cours ont bien fonctionné, avec les présent-e-s. Mais ceux-ci représentent moins de la moitié de l’effectif, souvent un tiers, et pour les deux dernières séances ils n’étaient plus que 3 ou 4. Je n’ai eu aucun échange avec certain-e-s étudiant-e-s – toutes et tous sont allé-e-s sur Moodle assez régulièrement, quasiment toutes et tous m’ont rendu les travaux attendus, mais une proportion importante n’a pas du tout interagi avec moi, ni par le tchat, ni par mail. Les étudiant-e-s qui étaient en ligne avec moi régulièrement sont aussi celles et ceux qui m’ont écrit et/ou ont fait les QCM. En fait, une minorité d’étudiant-e-s tire profit de tout ce qui est proposé, et une majorité reste silencieuse (majorité pas forcément « perdue »).

Je me demande si je n’aurais pas dû malgré tout donner un ou deux rendez-vous en visio, qui auraient peut-être attiré d’autres étudiant-e-s. 

Ma question principale aujourd’hui est celle de l’acquisition du cours, de l’assimilation et de la compréhension des connaissances qu’il contient ; par ailleurs, les étudiant-e-s ayant des difficultés avec le commentaire de documents sont nécessairement pénalisé-e-s par cet apprentissage à distance auquel ils n’ont pas été préparés. 

J’ignore totalement de quoi sera faite la rentrée. La question de l’interactivité est pour moi essentielle, sur tous les plans. Le pdf de mon cours peut être très complet, il ne remplace pas l’échange que j’ai avec les étudiant-e-s pour leur formuler au mieux ce que je veux qu’ils comprennent et retiennent. Quant au TD, il repose sur le travail en séance, la confrontation entre étudiant-e-s et avec moi. Sans échange, tout un pan de la formation m’échappe. Or, nos étudiant-e-s n’ont pas forcément les armes (de tous types) pour mener cet échange à distance, même lorsque l’université nous fournit des outils efficients (ce qui, voir plus haut, se discute…). Il y a là une inconnue qui, sincèrement, m’effraie. 

Ultime point : j’ai par ailleurs été totalement surprise par la vitesse du temps qui passait… et me suis retrouvée fin avril en réalisant que les étudiant-e-s de M1, ou de mémoire de L3, avaient encore un mois devant eux seulement. J’avais échangé avec eux surtout par mail, et quasiment uniquement à leur initiative, considérant qu’il valait mieux leur « ficher la paix » et les laisser travailler à leur rythme, sans voir le calendrier qui filait. J’ai fait depuis plusieurs RV en visio, qui ont fait du bien visiblement. Le dialogue est décidément essentiel, et même dans nos disciplines de l’écrit, même avec des étudiant-e-s avancé-e-s et menant un travail très différent de l’apprentissage d’un cours, se voir, s’entendre, se parler, reste la meilleure partie du métier. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.