Quelques retours

Cela fait un bon moment que je n’ai pas fait de billets. M’installant pour en faire un nouveau, j’ai réalisé avoir négligé ceux que j’avais « promis » en retour de billets annonçant de nouvelles expériences. Voici donc deux petits réflexions sur l’année passée.

Tout d’abord, comme je l’ai raconté ici j’ai assuré un CM de L1 d’histoire médiévale fondamentale, pour la première fois. Il se trouve que j’ai changé d’université juste après, et je n’ai guère pu avoir de retour dessus. Je me contenterai donc de donner mon propre ressenti. Tout d’abord, l’idée qu’un programme « Moyen Âge central » a l’avantage de rencontrer les a priori des étudiant-e-s, qui en auraient plus que sur d’autres périodes, s’est avérée à mon sens assez fausse. Finalement, même l’image du château-fort et du chevalier ne trouvent guère d’écho dans le public de L1. Je pense aussi avoir trop peu construit mon cours autour de ces images, d’ailleurs, à force d’avoir voulu brasser trop de choses peut-être (du politique, du social, du religieux…). Resserrer le cours sur 3 siècles me semblait le permettre, mais en 18 h. avec des débutants, cela reste très difficile. Retenir l’attention des L1 peut être une gageure – petite pique, le chapitre où j’ai eu le sentiment d’avoir le plus leur attention était celui pour lequel je n’avais pas eu le temps de faire le powerpoint. Powerpoint donné en ligne par ailleurs et qui pourtant semble focaliser toute leur attention en cours au lieu de servir de support avant ou après la prise de notes. Je m’interroge de plus en plus sur cet outil, notamment pour de jeunes étudiant-e-s arrivé-e-s fraîchement dans un amphithéatre – j’ai beaucoup moins ce sentiment cette année avec les L2.

Ensuite, comme je l’avais évoqué ici j’ai proposé des podcasts, pour compte-rendu écrit ou support d’exposé de début de séance, en L3 et master. L’expérience semble avoir plu aux étudiant-e-s, même si tous m’ont pointé que cela leur semblait finalement plus difficile qu’en partant d’un article. Une des difficultés est bien de mesurer le niveau de discours où on se situe – il y avait des formats « interview » comme des conférences entières filmées, devant des publics variés. Le temps passé est important, à cause de la nécessité de ré-écouter, de revenir en arrière, plus que sur un article sur lequel la prise de notes se fait au fil de la lecture, avant remise en forme. En revanche, pour les masters où mon idée était que cela alimenterait aussi un format « séminaire », avec une écoute de la part de tou-te-s les étudiant-e-s et un exposé au départ d’une discussion, cela n’a pas tellement fonctionné – faute d’investissement des étudiant-e-s non chargé-e-s de l’exposé. C’est lié aux difficultés d’un master diachronique, avec des étudiant-e-s aux sujets très variés et à la culture historique presque aussi variée malgré un bagage initial assez commun en licence. Ce serait peut-être plus efficace avec un public d’étudiant-e-s spécialistes uniquement de la période. Je verrai comment utiliser cette expérience à l’avenir.

J’ai quitté l’université de Reims cette rentrée. J’y suis arrivée en DEUG1, comme on disait, en 1989. J’y ai obtenu l’agrégation, soutenu ma thèse, été PRAG puis maîtresse de conférences – oui, on peut être « local » et ne pas trop mal faire son travail… Les étudiant-e-s et les collègues que j’y ai rencontré-e-s, avec lesquel-le-s j’ai travaillé, sont pour beaucoup dans ce que je suis aujourd’hui, dans mon métier mais pas seulement. Je découvre une nouvelle université, qui fonctionne différemment, qui est dans une autre situation post-LRU ; je rencontre de nouvelles et nouveaux collègues, qui bossent comme moi ou autrement et avec qui j’échange ; je découvre de nouvelles et nouveaux étudiant-e-s, avec des profils assez semblables à celles et ceux de Reims, un bagage un peu différent parce que les maquettes sont différentes, et c’est une belle aventure. Ce seront elles et eux les héros des prochains billets !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.