Lire, voir, entendre ?

Lire, voir, entendre ?

J’ai décidé cette année de varier un peu les supports proposés aux étudiant-e-s pour préparer / approfondir mes enseignements, en indiquant quelques podcasts. J’avais déjà mis quelques liens indicatifs l’an passé pour les L3 (cours sur Église et société, Xe-XIIe siècles), mais à côté d’une bibliographie abondante et clairement indiquée comme prioritaire. Je ne sais pas si les étudiant-e-s ont eu la curiosité d’écouter ou regarder ce que je leur indiquais (si quelques-uns me lisent encore malgré leur départ vers d’autres horizons, qu’ils n’hésitent pas à m’en dire quelques mots !). Mon idée cette année est différente et je compte la tester d’abord en master au premier semestre, avant de l’utiliser également en L3 au second semestre : il s’agirait de demander aux étudiant-e-s (tous ou partie d’entre eux) de faire l’effort de l’écoute avant la séance, pour servir de base à une réflexion en groupe qui me permettrait de préciser ou reprendre tel ou tel point. Bien entendu, ce ne sera pas systématique, loin s’en faut ; pour les L3, pour lesquels j’ai déjà trouvé nombre de podcasts intéressants, la liste donnée sera clairement un appui au cours, comme la bibliographie.

Cette décision, inspirée notamment par les idées de @ccaro_ligne qui, me semble-t-il, donne déjà régulièrement des ressources de ce type à ses étudiant-e-s et en parlait sur twitter, m’a menée à poser la question suivante sur ce même réseau social :

J’ai demandé aux étudiant-e-s qui ont eu la gentillesse de répondre et que je remercie vivement de préciser quelle était leur année d’études.

Voici donc quelques éléments de synthèse des réponses.

Tout d’abord, moi qui croyais être une dinosaure très en retard sur les pratiques pédagogiques modernes, j’ai réalisé que l’utilisation de podcasts (ou vidéos, d’ailleurs) dans ce cadre reste exceptionnel (dans la limite de l’échantillon pas du tout représentatif sans doute de mes lecteurs). Plusieurs m’ont dit en effet qu’on ne leur a jamais conseillé d’en écouter. Or, il me semble que beaucoup d’universitaires écoutent eux-mêmes des émissions historiques : le passage de l’écoute pour sa propre culture ou envie de voir comment un sujet qu’on maîtrise soi-même, au « faire écouter », n’est donc pas évident. Plusieurs réponses indiquent que l’écoute spontanée n’est pas répandue chez les étudiant-e-s – notamment pas chez les plus jeunes.

Ensuite, la majorité (statistique au doigt mouillé) des réponses va vers l’article. D’abord parce qu’il est de fait plus conseillé. Ensuite parce qu’il semble plus facile d’utilisation : on peut commencer, s’arrêter, reprendre. Le stabylo a été cité plusieurs fois comme outil de mémorisation, tout comme les notes prises en marge de la photocopie / du tirage / du pdf – la prise de notes semble visiblement plus facile sur un écrit que sur une émission. Relire semble à certains plus simple que ré-écouter. J’ai d’abord pensé que c’était aussi une question de temps, mais Paroles d’histoire par exemple est calibré sur 30 minutes, ce qui ne me paraît pas excéder le temps de lecture sérieuse d’un article savant. Il me semble qu’il y a vraiment un rapport différent à l’écrit et à l’oral – lié aussi à des formes d’apprentissage qui de toute façon mettent en avant l’écrit : je pense qu’aujourd’hui beaucoup de formations comprennent, sous une forme ou une autre, un apprentissage méthodologique sur l’usage de la lecture savante (comment lire, comment prendre des notes), absolument pas sur des méthodes d’audition.

Autre élément, le podcast apparaît comme un complément, un moyen d’élargir sa culture. Il me semble qu’il garde une dimension « loisir savant », en fait. Deux types de réponses sur ce plan : ceux qui m’ont dit écouter des podcasts sur des sujets auxquels ils ne connaissent rien, et ce justement pour s’ouvrir des horizons ; ceux au contraire qui en écoutent sur des sujets auxquels ils ont déjà été initiés, parce que du coup ils comprennent ce qu’ils entendent et le podcast est alors un outil de mémorisation ou de pur plaisir à entendre parler d’un sujet qu’on aime. Cependant, il apparaît aussi comme particulièrement utile pour des étudiant-e-s qui ne disposent pas de tout leur temps, notamment ceux qui travaillent : le podcast peut s’écouter dans des « interstices de temps », comme le disait @CoBuisson, et j’ai pensé en la lisant que par exemple, il peut s’écouter en voiture, ou en faisant la cuisine, ou en donnant le bain aux enfants (pas avec des enfants comme les miens, mais c’est une autre histoire), ou en faisant son jogging. @BeautyHopeful soulignait l’intérêt d’entendre plusieurs points de vue, remarque qui me paraît particulièrement intéressante.

Dernier élément, plusieurs m’ont dit regretter qu’on ne leur en conseille pas et que le faire était une bonne idée, pour les raisons évoquées précédemment. Le type de mémorisation a été mis en avant : certain-e-s pensent qu’ils/elles retiendraient mieux ainsi qu’en lisant. D’autres soulignent l’aspect plus « vivant ».

Personnellement, je pense que ce type de support peut être parfaitement utile pour préparer une séance ou soutenir un apprentissage. Pour différentes raisons, je ne l’envisage pas en L1 ni L2 – années pour lesquelles le travail de base me semble en fait l’apprentissage des méthodes « classiques » de l’historien, dont la lecture reste, à mon sens, le pilier. De plus, si beaucoup d’émissions sont de qualité (j’ai fait mon marché sur Paroles d’histoire, La fabrique de l’histoire, Fréquence médiévale, + des conférences filmées et mises en ligne par les institutions où elles ont eu lieu), elles ont, justement, une portée « diffusion auprès d’un grand public » qui les distingue de l’écrit scientifique, savant (il faut sans doute ici distinguer le cas de certaines conférences filmées, d’ailleurs, qui s’en rapprochent plus). Elles n’ont donc pas le même usage que la bibliographie, à laquelle il importe d’initier les étudiant-e-s. Paradoxalement peut-être, puisque leur contenu est sensément plus « simple » que celui d’un ouvrage ou article, elles me semblent plus utiles pour des étudiant-e-s déjà avancé-e-s, comme outil de réflexion, d’élargissement de la culture, de synthèse éventuelle d’ouvrages récents etc. Mais à l’inverse, le podcast (ou la vidéo) est peut-être un premier moyen de s’approprier une culture historique, bénéfique aux étudiant-e-s débutant-e-s ? Mais ce serait alors encore un autre usage que celui vers lequel je m’oriente cette année.

NB : Je précise que j’écoute moi-même fort peu la radio et suis à peu près incapable de me concentrer sur un podcast. L’appétence pour ce type de support m’intéresse d’autant plus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.