Une nouvelle aventure

J’assurerai au deuxième semestre de l’année universitaire qui va débuter le cours d’histoire médiévale de L1. Ce sera une première expérience pour moi, aussi curieux que cela paraisse. J’ai beaucoup enseigné en TD de L1, mais jusqu’ici jamais en étant chargée du CM (sauf un CM de « cultures bibliques » dont je vous parlerai peut-être un jour si ça vous intéresse, mais qui ne me pose pas les mêmes questions que ce cours de « fondamentale » pour historien-ne-s). J’ai choisi d’assurer ce cours sur « Pouvoirs et société dans le royaume de France, des derniers Carolingiens à Louis VII ».

Quelles sont les raisons qui ont présidé à ce choix ?

Ce n’est pas ma propre spécialité : mes recherches portent sur l’Église des XIIIe-XVe siècles. Ce n’est pas non plus la facilité d’un programme que j’aurais déjà beaucoup enseigné : il se trouve que c’est le cas, mais en 22 ans de carrière, je peux dire cela de bien des périodes et thématiques.

La première raison est que mes collègues et moi avons réalisé que c’était un vrai hiatus dans les programmes que nous définissions au fil de la licence. Traditionnellement les L1 suivaient un cours portant sur les Ve-IXe siècles, et les L2 un enseignement de bas Moyen Âge, XIIIe-XVe siècles, les deux assez orientés vers l’histoire politique et dans une moindre mesure sociale et culturelle. Les cours de L3 étant plus thématiques et variés. Le Moyen Âge « classique », celui des châteaux, des chevaliers, des moines blancs et noirs, des franchises urbaines, des foires, était curieusement absent de nos radars. Pour des raisons d’affinité de l’enseignant-e avec une période, de volonté d’aborder des champs plus originaux et/ou plus renouvelés par l’historiographie, de ne pas ramener le Moyen Âge à ses images d’Épinal, de manier des documents variés, que sais-je encore, toutes raisons parfaitement légitimes – et qu’on ne se méprenne pas : il est impossible de traiter tout le Moyen Âge en trois semestres de licence (à Reims, l’histoire du Moyen Âge est obligatoire en S2 et S3, et doit être suivie au moins un semestre de L3 ; les étudiants ont donc, dans leur cursus, 3 ou 4 semestres d’histoire médiévale) et tous nos choix sont défendables, l’important étant d’apporter des bases de connaissances mais surtout de méthode aux étudiant-e-s. Le choix que je fais aura comme corollaire que les Ve-VIIIe siècles seront un hiatus pour cette promotion-ci, après tout, et ce n’est pas plus ou moins « juste ».

Reste que c’est bien pour « accrocher » les L1 par des images classiques que j’ai choisi cet intitulé. Je pensais notamment à la notion de seigneurie, au lien vassalique, à la féodalité – dernière notion qui me pose d’ores et déjà une vraie difficulté liée au niveau de ce cours, tellement elle est complexe et difficile à faire saisir dans ses infinies nuances (si tant est que je les ai saisies, même en lisant les bons auteurs). Du coup, je m’interroge : aborder le Moyen Âge par des thèmes dont les étudiant-e-s ont nécessairement entendu parler, pour les aider à construire un discours nuancé, à remettre en cause des a priori, à comprendre la complexité de sociétés où le « spirituel » et le « temporel » sont intimement liés, etc., est-ce finalement leur faciliter la tâche ? J’ai peur que non ! Je m’en suis également rendue compte en réfléchissant au plan de ce cours. Comment thématiser sans fragiliser justement ce qui est l’enjeu essentiel du programme, à savoir l’idée que toutes les notions qu’on va aborder sont liées les unes aux autres ?

Construire un cours de L1 me semble particulièrement difficile, en fait. Parce que je sais bien que j’aurai devant moi des étudiant-e-s au bagage très hétérogène – cela reste vrai en L3, mais je sais au moins ce que les étudiant-e-s sont sensé-e-s maîtriser, même si cette maîtrise est inégale. Parce que l’université est le lieu de l’apprentissage de la complexité et des principes de l’analyse historique (même si des bases sont données au lycée, bien entendu ; mais le Moyen Âge n’y a pas une grande part !) et qu’il est difficile de faire comprendre que le cours transmet à la fois des connaissances à acquérir et des manières de réfléchir en historien-ne. Où placer le curseur ? Ces questions se posent à tout niveau, bien entendu – c’est notre quotidien d’enseignant que de définir ce que nous attendons des étudiant-e-s, ce qu’il est légitime d’attendre d’eux/elles. Pour me faciliter la tâche peut-être plus qu’à elles/eux, j’ai donc choisi de leur parler de ce Moyen Âge féodal qui me permettra à la fois d’aborder des notions classiques, le château, la seigneurie, le sacre royal, le monachisme…, en espérant que cela éveillera leur intérêt, et de rentrer dès la L1 dans la complexité de ces sociétés médiévales et du discours historique dans sa lente construction (on parlera de « mutation féodale »…). En bref, je vais tenter de m’appuyer sur des images fortes pour introduire à la nuance historique.

Je ne doute pas que j’aurai des choses à vous raconter sur cette expérience ; un des grands plaisirs de notre métier est qu’on apprend constamment, et pas seulement en termes de connaissances. Je compte aussi beaucoup sur mes collègues qui assureront les TD pour me remettre les pieds sur terre régulièrement. L’autre pan de ma réflexion en cours porte sur l’organisation collective de cet enseignement, mais c’est un autre sujet.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.