Le regard des étudiant·e·s

Les enseignants se demandent souvent (en tout cas moi) comment leur cours est perçu, vécu, ressenti par ceux qui le suivent. Il existe parfois des procédures d’évaluation des enseignements proposées par l’Université. Il me semble que dans la mienne, ça n’a jamais vraiment bien fonctionné, pour des raisons que je n’identifie pas. Quoiqu’il en soit, cette année, j’ai demandé directement aux étudiant·e·s de mon cours de L3 leur avis, à la fin de la dernière séance. Il ne s’agissait bien évidemment pas de « noter » mon enseignement, mais de répondre, de manière anonyme, au questionnaire suivant.

  • Le cours vous a-t-il intéressé ? (essayez d’expliquer votre réponse)
  • Le cours vous a-t-il paru difficile ? Si oui, pourquoi ?
  • Le support ppt mis en ligne vous a-t-il aidé :
  • – Pour suivre le CM
  • – Pour revoir votre cours
  • Le support ppt vous a-t-il semblé faire doublon avec le CM ?
  • La bibliographie fournie vous a-t-elle été utile ?
  • Avez-vous lu, entièrement ou partiellement, un ouvrage de la bibliographie en dehors de la préparation d’un devoir ou de l’oral de fin de semestre ?
  • Si non, pourquoi ?
  • – Manque de temps
  • – Le cours est déjà suffisamment difficile, inutile d’en rajouter
  • – Le cours est suffisamment complet, pas d’intérêt à lire en dehors
  • Si oui, dans quel but ?
  • Avez-vous senti une différence de niveau / d’exigence par rapport aux CM de L2 ?
  • Regrettez-vous d’avoir choisi ce cours ? Si oui, pourquoi ?
  • Avez-vous des suggestions d’amélioration de la forme du cours ?

 

Je précise que j’ai improvisé ce questionnaire la veille de la séance, et qu’il est donc fort améliorable. J’ai déjà évoqué la question du « powerpoint » dans un autre billet, je voudrais juste ici donner quelques réflexions générales.

Les limites de l’exercice sont évidentes : l’anonymat est tout relatif ; le temps pour répondre est court et sans recul ; la franchise des étudiant·e·s est sans doute limitée par le rapport hiérarchique qu’il y a entre elles/eux et moi, et la perspective d’une évaluation très proche. Même si j’estime avoir établi une forme de confiance, je n’ai pas la prétention d’avoir réussi à lever toutes les craintes que peut générer le rapport enseignant·e / étudiant·e.

Ceci posé, j’ai beaucoup apprécié la lecture des réponses et elles m’ont sincèrement fait réfléchir. Un des enjeux pour moi était de comprendre les méthodes mêmes des étudiant·e·s, leur rapport aux connaissances, à la bibliographie, à la problématisation d’un programme. J’ai en fait réalisé deux choses importantes :

  • Celle dont j’avais déjà conscience, mais qui m’a paru plus forte encore que je ne le croyais, consistant pour beaucoup d’étudiant·e·s à estimer que le CM se suffit en lui-même et que des lectures complémentaires ne sont pas utiles / nécessaires. Bien entendu ce n’est pas une généralité, mais une tendance majoritaire des réponses. Sans mettre en cause la qualité sans doute incroyable de mon cours, je trouve cela dommageable, du moins à ce niveau. Je réfléchis donc à la manière d’améliorer le rapport aux lectures complémentaires et de démontrer leur intérêt, notamment en matière d’apprentissage des notions mêmes que le cours explore (il m’a toujours semblé que lire et entendre « la même chose » sous des formes différentes est un vrai support de la compréhension et de la mémorisation), et bien entendu d’élargissement des perspectives, de cumul des exemples etc.
  • L’autre, plus intéressante peut-être, et quelque part plus inquiétante, corroborée par les copies corrigées ensuite, est l’écart entre ce que j’attends d’eux et ce qu’ils perçoivent de la difficulté du cours. Plusieurs m’ont en effet dit n’avoir pas trouvé ce cours difficile, et surtout pas plus difficile que celui de L2. Or, il me semble (et je suis en fait certaine) qu’il l’est. Parce qu’on change de focale, avec une thématique plus précise ; parce qu’on change de niveau d’exigence, avec une problématisation plus forte, la mise en valeur d’enjeux historiographiques et de liens avec la recherche récente, l’utilisation de concepts plus complexes. Les copies m’ont bien révélé que ce qui était pour moi une marche à franchir s’est révélé un sacré escalier pour certains. De manière générale, j’ai souvent le sentiment que nombre d’étudiant·e·s cernent en fait mal la progression attendue d’eux. Non pas qu’ils ne progressent pas, d’ailleurs, et non pas que ce qui précède, là encore, soit une généralité. Mais j’ai le sentiment d’une difficulté réelle à comprendre, de la part des étudiant·e·s eux-mêmes, ce qu’est une « bonne copie », quel degré de restitution de l’enseignement reçu est attendu, et sous quelle forme. Je réfléchis beaucoup à cette question, et il me semble que le « cahier des charges » doit être beaucoup plus explicite. Par ailleurs, je constate très clairement que les années où la prise de conscience de ce qu’est la discipline historique et de ce qu’on attend d’un·e étudiant·e en fin de formation initiale sont bien celles du master : c’est à ce niveau-ci que la marche que j’attends peut-être en fin de L3 serait finalement franchie.

Dernier élément que je tire des réponses de mes étudiant·e·s, la question récurrente du temps. S’ils/elles ne lisent pas, ou pas assez à nos yeux (j’ai renouvelé l’exercice « lecture obligatoire présentée à l’oral », avec le même constat que l’année dernière), ce n’est pas seulement parce que nos CM sont formidablement complets :-)) , c’est aussi – surtout – parce que les semestres sont trop courts et/ou trop chargés. Le contrôle continu a comme corollaire qu’ils/elles ont pour ainsi dire quelque chose à rendre chaque semaine, selon les UE. « Quelque chose » qui ne demande pas une heure de travail, bien entendu, mais plusieurs jours (exposé, compte-rendu de lecture, dossier… Je reviendrai aussi un jour sur les types d’exercice, d’ailleurs). Le semestre court sur 12 semaines (+ une de « vacances » à la Toussaint). Les examens commencent avant les vacances de Noël. Leur semaine hebdomadaire est de 21 h. en présentiel (oui, je sais, c’est nettement moins qu’en classe préparatoire, mais ce n’est pas le sujet). Beaucoup d’entre eux travaillent à côté de leurs études. Bien sûr ils/elles pourraient mieux organiser leur temps ; travailler plus efficacement (mais ce n’est pas facile à apprendre) ; travailler plus tout court, sans doute. Reste que de fait, le temps n’est pas extensible. Je suis parfaitement convaincue qu’il y a des questions d’organisation / efficacité, et que certain·e·s pourraient faire plus qu’ils/elles ne font. Mais je réalise, en lisant les réponses de cette promotion de L3 (au demeurant fort agréable), que c’est réellement difficile pour beaucoup d’entre eux. Il leur reste encore à apprendre comment travailler. Prenons-nous assez le temps de les y aider ? Pouvons-nous prendre ce temps ? Est-ce notre rôle ? Savons-nous le faire (personnellement je me sens très impuissante, en fait) ? Si j’ai appris à le faire, de mon côté, c’est aussi parce que j’avais le temps (le nombre d’heures de cours dans mes années de licence était plus prêt de 15 h. que de 20 h.), et une maquette moins chargée, moins dispersée aussi. Je ne suis pas certaine que c’était mieux dans l’absolu (en L3, je pense que si ; mais c’est sans doute discutable) ; je pense par contre ne m’être pas assez adaptée, de mon côté, à cette réalité très factuelle qu’ils/elles ont moins de temps, et sans doute moins d’autonomie au point de départ. Ce qui peut aussi expliquer en partie les deux points évoqués précédemment.

Ce billet est déjà trop long, je l’interromps ici. La question du temps, de l’autonomie, de la réflexion, de là où nous voulons les mener, dans les conditions où nous sommes et en les prenant là où ils/elles sont… La quadrature du cercle de l’enseignement universitaire, finalement !


Une réflexion au sujet de « Le regard des étudiant·e·s »

  1. Billet très intéressant, comme toujours. Je note que certain.e.s enseignant.e.s ont une démarche très différente concernant l’utilité ou non de lire par ailleurs pour compléter le cours. Je me souviens d’un prof en L3 (non, je ne dirais pas qui), pour lequel son cours était largement suffisant et qui nous avait demandé de ne pas lire à côté. Je n’avais que partiellement suivi son conseil, mais j’en avais tout de même profité pour me dégager du temps pour des lectures dans d’autres UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.