Du bon usage du support de cours

J’ai testé avec mes L3 le semestre dernier la mise à disposition d’un support de cours bien plus dense que d’habitude. Le cours portait sur « Église et société en Occident, Xe-XIIe siècles ». J’ai préparé pour chaque chapitre un diaporama qui contenait les principaux éléments du cours, diaporama disponible en ligne avant le cours, projeté pendant le cours et laissé en ligne ensuite. Le but était triple :

  • Faciliter la prise de notes pendant le cours
  • Permettre aux étudiant.e.s d’appréhender le cours avant d’y assister, afin d’en réduire la part de nouveauté et d’en faciliter la compréhension au fil même de son énoncé
  • Faciliter les révisions

Je n’ai pas voulu tester au sens plein la pédagogie inversée, pour deux raisons. La première était que mon cours n’est pas franchement rédigé, et qu’en faire des diapos était moins compliqué qu’en faire un polycopié (ne pas rédiger me gêne moins dans le premier cas que dans le second ; je me dis maintenant que c’est complètement idiot). La seconde est que, comme souvent, j’ignorais l’effectif qui assisterait au cours, et que la pédagogie inversée avec 50 ou 70 étudiant.e.s me paraissait inapplicable (l’effectif réel m’aurait sans doute permis de tester plus d’interactivité, finalement). J’en ajoute une troisième, le fait que je n’ai pas eu le temps de me former réellement à cette méthode d’apprentissage, et que le « bricolage » pédagogique me semble avoir des limites. Donc, mon idée était simplement de faciliter tant la réception du cours que son apprentissage.

En fin de semestre, j’ai demandé aux étudiant.e.s d’évaluer mon cours de ce semestre ; j’y reviendrai dans un autre billet. Mais d’ores et déjà, plusieurs de mes questions portaient sur ce fameux support de cours, pour savoir comment il avait été compris et utilisé par les étudiant.e.s. Les quelques remarques qui suivent croisent donc mes impressions avec ce que les étudiant.e.s ont exprimé.

Le bilan est mitigé, surtout rapporté au temps que ce support m’a demandé. Plusieurs étudiant.e.s n’ont pas compris l’intérêt du support transmis. La consultation avant le cours était loin d’être systématique (je soupçonne certain.e.s de ne l’avoir jamais regardé). L’idée qu’il puisse faciliter la prise de notes n’a pas nécessairement été mise en œuvre. Mais sur ce point, force est de constater une inégalité de fait entre les étudiant.e.s disposant d’un ordinateur portable et ceux n’en disposant pas. Certain.e.s ont cependant eu le bon réflexe d’imprimer le diaporama et de l’avoir avec eux pendant le cours, ne notant donc que ce qui précisait le texte fourni, les exemples, des définitions reformulées qui semblaient plus claires etc. Mais plusieurs ont considéré que le support n’était qu’un « doublon » du cours, ou qu’un outil pour réviser a posteriori – ce qui en réduisait nettement un des apports sur lesquels je comptais, une forme de « pré-apprentissage », de familiarisation avec le propos qui aurait facilité la compréhension et donc la mémorisation du cours.

Certain.e.s en ont manifestement tiré profit : ceux qui m’ont dit avoir systématiquement étudié, même rapidement, le diaporama avant le cours étaient manifestement plus à l’aise que les autres devant mon propos, même pour des cours jugés par tous particulièrement difficiles (le chapitre sur l’hérésie notamment). Mais finalement, les étudiant.e.s pour lesquels l’outil était pensé, ceux qui arrivaient au cours avec des bases un peu fragiles, ou une difficulté de fait à suivre un CM dense, semblent être ceux qui en ont le moins profité. J’ai cherché des explications, qui résident d’abord, sans doute, dans la lourdeur même du semestre, qui fait que préparer un cours en amont suppose de prendre un temps que beaucoup estiment ne pas avoir. Il était sans doute difficile pour certain.e.s de s’approprier ce support sans la médiation de l’enseignante, d’autant que l’histoire de l’Église leur est très étrangère. Ce qui explique l’utilisation du diaporama comme outil pour relire et réviser le cours, mais non pour l’anticiper (je ne dis pas que mon support n’a servi à rien ; la plupart des étudiant.e.s l’ont trouvé (très) utile).

Je n’ai pas osé aller au bout de ma démarche et renoncer à la forme CM en tant que telle ; le fait que j’ai fait cours « normalement » n’a pas poussé les étudiant.e.s à cette préparation d’avant-séance que j’espérais. J’ai tenté sur un chapitre de faire une séance plus fondée sur l’échange à partir de ce qu’ils/elles avaient travaillé avant, mais cela n’a pas été tellement concluant (tout au plus, comme je les avais prévenu.e.s, ai-je pu faire des coupes un peu sombres dans mon propos pour gagner du temps et rattraper un peu de mon retard chronique dans mon programme).

Au final, je reste un peu frustrée. Je pense avoir aidé de fait les étudiant.e.s en leur fournissant un outil de révision plus qu’autre chose, mais ce n’était pas mon but principal. Je pensais le support plus accessible que la bibliographie, parce que fournissant clefs en mains ce qu’il fallait aller chercher dans plusieurs ouvrages et le traduisant de plus dans un langage que je pensais plus accessible. Cela réduisait la tension de la prise de notes en cours, la crainte de perdre l’essentiel – mais j’ai réalisé à quel point les étudiant.e.s restent attaché.e.s à la formulation exacte, au mot à mot et craignent d’avoir mal compris ou manqué une nuance quand je reformule autrement la même idée. Ce qui explique aussi la difficulté à lier support diapos fourni avant et cours dit, puisque le second n’est pas le mot à mot du premier.

Reste donc la question ouverte de l’apprentissage par les étudiant.e.s, de leur difficulté à mémoriser des faits précis, des exemples, des dates – les « grandes lignes » étant globalement assimilées par la plupart. Leur demander d’apprendre avant et faire du cours uniquement un échange de vérification, « réactivation », précision ? Est-ce faisable (si l’effectif le permet) ? Est-ce profitable à tous/toutes, et pas seulement à ceux/celles qui de toute façon, si le cours n’existait pas, trouveraient dans les livres ce que je leur apporte ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.