Regretter d’avoir fait une thèse ?

Ce billet est la suite de 3 sondages réalisés sur Twitter, avec toutes les limites que cette modalité implique sur la valeur des résultats. Je m’interrogeais sur le rapport entre contrat doctoral et perception de la thèse, de la part des concerné∙es, en limitant aux LSHS (puisque la question de la thèse sans contrat doctoral leur est quasiment propre). J’ai donc posé 3 questions successives, dont voici les résultats.

  1. Pour les doctorant∙es et docteur∙es faisant ou ayant fait leur thèse avec un contrat doctoral, l’auraient-ils/elles faite sans ce contrat doctoral ?

J’avoue avoir été frappée et surprise par ce résultat. Plus des trois quarts des répondant∙es ne se seraient donc pas lancé dans la thèse sans financement voué au doctorat. Il faudrait sans doute affiner par discipline. J’ai beaucoup réfléchi à ce que voulait dire ce chiffre, mais en tout cas, il montre surtout, à l’inverse, la très forte motivation de toutes celles et ceux qui se lancent dans une thèse non-financée. Pour l’interprétation en ce qui concerne ces bénéficiaires d’un contrat doctoral, c’est à mon sens bien plus difficile :

  • Les résultats seraient-ils différents si on distinguait, notamment, les disciplines présentes dans l’enseignement secondaire et les autres ? Dans le premier cas, la pratique de faire une thèse en plus du poste en collège ou lycée n’est pas rare, ce qui peut peut-être augmenter la tentation d’essayer, en tout cas. Mais cette hypothèse est peut-être totalement biaisée par le fait que c’est quelque chose, de fait, que je vois régulièrement faire dans ma discipline.
  • Il est par définition difficile de répondre à une question concernant une situation qui n’a pas eu lieu en réalité. Un∙e doctorant∙e ou docteur∙e qui a l’expérience de la réalité de la thèse est peut-être plus enclin∙e à répondre « non » qu’il/elle ne le serait si la question s’était posée en pratique. Cette hypothèse révèle aussi que, quelque part, ces réponses me chagrinent, ce qui renvoie aussi à une certaine idée de la thèse comme un grand projet qui mérite qu’on y sacrifie tant de choses, qui n’est plus si présente (ce que je ne regrette pas). Ceci dit, personnellement je suis totalement incapable de répondre à la question que j’ai moi-même posée.
  • Le deuxième sondage s’adressait à celles et ceux ayant terminé leur thèse, après un contrat doctoral, sans avoir obtenu de poste dans l’ESR ensuite.

La majorité des répondant∙es semble sans regrets sur le fait d’avoir passé ces années sur ce travail, mais la part de celles et ceux qui ne le feraient pas est assez importante. Que faut-il comprendre ? Que beaucoup (la plupart ?) de celles et ceux qui postulent à un contrat doctoral ont comme objectif l’ESR, et que la déception quand l’objectif s’avère non atteint est trop grande pour que l’expérience de la thèse reste positive ? Que les difficultés de la thèse empêchent une bonne partie des docteur∙es de considérer que les acquis de ces années compensent le fait de devoir changer d’objectif professionnel ? Que l’absence de reconnaissance de la thèse hors ESR ne peut que rendre amer en pensant aux années passées à mener à bien la thèse ? Ceci dit, la part de docteur∙es qui retenterait l’aventure en connaissance de cause est majoritaire, signe qu’il y a aussi de vraies satisfactions dans le travail doctoral.

  • La 3e question s’adressait aux docteur∙es ayant fait leur thèse sans contrat doctoral et n’ayant pas obtenu de poste dans l’ESR après la thèse. Les résultats sont quasi exactement inverses du précédent sondage.

 La part de réponses « négatives » montre que les sacrifices réalisés pour mener à bien cette thèse dans des conditions difficiles peuvent sembler bien lourds à terme, quand il n’y a pas de reconnaissance effective du travail réalisé. Mais la part non-négligeable de celles et ceux qui la feraient malgré tout montre aussi de vraies satisfactions indépendamment d’un aboutissement professionnel directement lié à la thèse – goût de la recherche, satisfaction d’être arrivé au terme d’un défi, enrichissement méthodologique… Sans compter que pour certain∙es la thèse a certainement été le moyen d’arriver à un type d’emploi apprécié.

De ces trois sondages à la très haute valeur scientifique, je retire pour ma part :

  • Les doctorant∙es qui réalisent leur thèse à côté d’un emploi rémunéré font montre d’une très forte motivation, qu’on peut logiquement estimer supérieure à celle des doctorant∙es financé∙es. Elle est peut-être aussi de nature différente, avec un objectif professionnel moins directement corrélé à la thèse (un certain nombre de doctorant∙es ou docteur∙es que je connais en secondaire me disent ne pas avoir spécialement l’intention de tenter une carrière dans l’ESR, par exemple ; j’imagine assez bien que ce soit le cas pour une partie des professionnels du patrimoine, par exemple).
  • Les difficultés de la thèse sont suffisantes pour que le décalage entre elles et la valorisation de la thèse obtenue crée de l’amertume, des regrets. Ce n’est pas un scoop, certes.
  • Une part importante des docteur∙es sans poste, quelles que soient les conditions dans laquelle la thèse a été réalisée (part majoritaire si contrat doctoral, minoritaire sans contrat doctoral), considère sa thèse de manière suffisamment positive pour envisager de la « refaire » dans les mêmes conditions. Si la thèse est difficile, elle est aussi un temps qui peut être enrichissant et valorisant.

Ceci n’épuise absolument pas un sujet très complexe. Parmi les évidences qui me viennent en lisant les réponses, la question de la reconnaissance du travail doctoral, par la création des postes dont l’université a besoin, et au-delà par la reconnaissance effective du doctorat comme diplôme de haut niveau, même hors ESR, est évidemment cruciale. Toutes mes pensées vont vers les doctorant∙es et docteur∙es dans toutes les situations possibles où le travail qu’ils/elles ont mis tant d’énergie, de temps, de conviction à réaliser semble un bagage encombrant ou insignifiant au lieu d’être vu comme un atout majeur.