OPPI. Objet Pédagogique Parfaitement Identifié.

Après le TD-OPNI, voici un billet sur le CM-OPPI (Objet pédagogique parfaitement identifié). Le « cours magistral » est la forme traditionnelle et ancienne de l’enseignement universitaire : l’enseignant en chaire professe et les étudiants notent ce qu’ils tenteront ensuite d’apprendre. Passons sur le fait que la chaire est désormais un bureau pourvu d’un micro (au fonctionnement aléatoire) et que l’amphithéatre solennel n’a souvent rien à voir avec l’amphithéatre Richelieu de la Sorbonne et bien plus avec la salle de cours du collège d’à côté. Ainsi que sur le fait que l’enseignant a désormais des statuts fort variés (du vacataire au professeur des universités). Ce n’est pas mon sujet.

Je voudrais juste soulever la question de la pertinence de cette forme d’enseignement dans l’université d’aujourd’hui, pour les étudiant.e.s d’aujourd’hui. Je constate aisément que suivre 1h30 d’enseignement magistral – et ne parlons pas de 2 h. – est réellement difficile pour les étudiant.e.s. Lorsque le cours a lieu en salle devant un effectif modeste, si le courant passe avec ce groupe, le CM perd d’ailleurs souvent de son côté magistral. Mais il reste le lieu de l’inculcation d’un savoir « brut », de connaissances – émaillées de remarques méthodologiques ou épistémologiques, guère en L1 mais plus ensuite. Et bien entendu, en histoire, le public de L1 au moins reste important dans toutes les universités (et dans les plus importantes cela reste vrai jusqu’à la fin de la licence), rendant l’interaction impossible. Le « cours dialogué » en œuvre dans l’enseignement secondaire n’a pas, ou très peu, sa place dans les structures actuelles de l’université française. Est-ce un mal ? Les pourfendeurs du « pédagogisme » me diront que non. N’ayant pas d’expérience d’enseignement dans le secondaire, je n’arrive pas réellement à me forger un avis. Je suis assez convaincue de la relative inefficacité (« assez convaincue », « relative inefficacité » : le moins qu’on puisse dire est que je marche sur des œufs…) du CM au moins en L1 et sans doute en L2. Par manque de temps – pour développer, préciser, expliciter. Par manque d’échange. Par manque de culture initiale des étudiants. Par manque de conscience enseignante des lacunes de vocabulaire étudiante (cf « l’art d’enfiler les perles »). Je pense que l’approche magistrale peut fonctionner ; mais qu’elle est inadaptée à un public nombreux, et ce d’autant plus qu’il est jeune. Autant on le conçoit parfaitement pour un TD, autant cela ne semble curieusement pas envisagé pour un CM. Or, retenir l’attention de 30 personnes, et voir s’ils suivent ou non, n’a finalement pas grand-chose à voir avec faire de même pour un amphithéatre de 100 personnes et plus. L’idée du savoir construit par les étudiants me pose de réelles difficultés (mon côté réactionnaire, dirons certains). La « pédagogie inversée » est une démarche intéressante, que j’aimerais tester prochainement[1] – mais certainement pas pour un CM de L1 devant 150 étudiants.

Finalement, on en arrive toujours à une histoire de moyens et la pression actuelle sur les budgets universitaires accentue les difficultés. Au final, n’est-ce pas l’amphithéatre (et ses ersatz, salles de 150 places tout en longueur parfaitement impratiques…) qu’il faut mettre en cause, en permettant à un.e enseignant.e universitaire de moduler son enseignement en fonction du groupe qu’il a devant lui – en multipliant l’enseignement en groupes, donc -, à charge pour lui de mener l’ensemble de l’effectif là où il l’attend. On va me reprocher, sans doute, de vouloir « secondariser » l’enseignement supérieur. Il me semble que la distinction secondaire / supérieur, du moins en premier cycle et particulièrement en L1-L2, ne devrait pas être fondée principalement sur les formes de l’enseignement, mais bien sur son contenu et son « ancrage » dans la recherche.

NB : Je n’évoque pas ici la question complexe du mode de calcul des heures de service enseignant – ce qui précède n’est absolument pas une invitation à transformer toutes nos heures en « heures TD » qui généreraient des économies à courte vue.

[1] Nombreuses références ici : http://www.cndp.fr/crdp-reims/index.php?id=1881.