Le goût des livres

Comme la plupart de mes collègues, je râle avec constance sur le fait que les étudiants ne lisent pas assez / plus. C’est un des points sur lesquels je pense la « râlerie universitaire traditionnelle » assez fondée. La multiplication des manuels, l’émiettement relatif des maquettes d’enseignement avec une ouverture croissante à d’autres disciplines que la discipline « cœur du diplôme », l’augmentation du volume présentiel étudiant[1], ont comme corollaire que la lecture d’un livre d’histoire au sens plein est rare en licence – du moins si j’en crois mon expérience propre. Même en L3, les bibliographies émaillées de titres savants et nombreux, voire en langue étrangère, effraient des étudiants qui cherchent désespérément l’ouvrage synthétique qui traitera de tout leur programme. La préparation de devoirs à la maison et d’exposés les contraint cependant à ouvrir et utiliser d’autres ouvrages que les manuels, il est vrai, mais rarement à en faire une lecture intégrale et précise. Lire la suite